Panier

Livraison gratuite pour toute commande de 50 €

4,8/5 AVIS CLIENTS ★★★★★

Pourquoi porter des chaussures orthopédiques

Pourquoi porter des chaussures orthopédiques ?

Vous éprouvez des difficultés lors de la marche , des sensations douloureuses au niveau des genoux, des hanches ou du dos ? Il est compliqué pour vous de trouver dans le commerce des chaussures qui répondent à vos attentes ? Votre médecin peut alors vous proposer des chaussures orthopédiques. Petit tour d’horizon de ce dispositif thérapeutique qui allie soin, confort et souci esthétique tout en féminité !

La chaussure orthopédique : définition

Les chaussures orthopédiques se subdivisent en deux catégories :

  • Les chaussures orthopédiques de série : elles répondent à des besoins de correction courants et bénéficient d’une semelle amovible qui peut être remplacée par une spécifique. Elles offrent alors un niveau de correction plus ciblé.
  • Les chaussures orthopédiques sur mesure : elles sont de véritables outils thérapeutiques et répondent à des pathologies sévères. Elles sont obtenues uniquement sur prescription médicale d’un médecin spécialiste. Le renouvellement peut être effectué par un médecin généraliste. La première année de correction autorise le remboursement par la sécurité sociale de deux paires de chaussures et d’un seul modèle les années suivantes.
Chaussures orthopédiques sur mesure

Etapes de fabrication des chaussures orthopédiques sur mesure :

Dès la prescription médicale délivrée, un devis du fournisseur est envoyé pour demande de remboursement auprès des caisses maladie.
Un rendez-vous est alors pris pour une première consultation avec un podo orthésiste, chargé de l’élaboration de vos chaussures thérapeutiques selon les étapes suivantes :

  • La prise des dimensions : elle s’effectue le plus souvent par un moulage avec application de plâtre sur le pied. Dans le moule ainsi constitué le podoorthésiste coule de la résine liquide qui en durcissant donne une forme, parfaite réplique de la morphologie du patient.
  • Une orthèse plantaire est ensuite créée qui vise à corriger les postures impliquées dans la marche et la position immobile. Elle est constituée de mousses de densités variées qui sont directement appliquées sur la forme citée précédemment ou assemblée par thermoformage.
  • A ce niveau d’avancée, l’étape suivante est le patronage. Elle consiste à réaliser un patron en carton, soit à la main, soit avec une assistance par ordinateur. Des modèles très divers peuvent être réalisés, répondant ainsi au plus près aux besoins du patient et à son mode de vie.
  • A l’étape suivante, un prototype transparent est créé. Le patient est à nouveau reçu en consultation afin d’évaluer ses points d’appui lors de la marche et d’effectuer d’éventuelles retouches.
  • Le podoorthésiste découpe alors les formes des patrons en carton dans la matière finale de la chaussure : le plus souvent du cuir. Une fois assemblées par couture, elles constitueront la chaussure orthopédique.

On distingue plusieurs parties : la tige qui correspond à l’enveloppe du pied, les renforts qui sont placés entre la doublure et le dessus de la chaussure, la semelle qui a pour vocation d’apporter stabilité au patient et soutien aux autres éléments constitutifs de la chaussure et enfin le talon dont la hauteur entraîne des pressions variables sur l’avant pied.

Dans quel cas porter des chaussures orthopédiques

La chaussure orthopédique : dans quels cas ?

Comme nous l’avons vu précédemment, toute personne ayant un pied “large” ou dit “sensible”, avec des douleurs à la marche ou à la course peut prétendre à la prescription de chaussures orthopédiques. Dans ce cas-là, elles sont le plus souvent “de série” avec ajout d’une semelle orthopédique obtenue par simple consultation chez un podologue.
La chaussure thérapeutique aux dimensions personnalisées est réservée à des pathologies sévères.
La liste suivante n’est pour autant pas forcément exhaustive :

  • La Névrome de Morton : lié à une déformation des nerfs souvent causée par l’utilisation de chaussures à la forme inadaptée. Les orteils sont alors le siège de décharges électriques. La marche est globalement douloureuse.
  • La Métatarsalgie : elle se manifeste par une douleur située entre la voûte plantaire et le départ des orteils, au niveau de l’avant-pied. C’est une inflammation localisée dans la région des métatarses.
  • En situation post-opératoire : les cas les plus courants sont les fractures.
  • Orteils déformés : la déformation est localisée uniquement au niveau des orteils. Ce phénomène est dû à une rétractation des tendons responsables de la flexion et de l’extension. Les orteils sont en forme de griffe.
  • L’Hallux Valgus : il se manifeste par une déviation du gros orteil vers l’extérieur et souvent, comme vu précédemment, par des orteils en griffe. Il est constaté que la femme est plus sujette à cette affection que l’homme.
  • Les rhumatismes : à un certain degré, ils peuvent être responsables d’une déformation importante.
  • L’accident vasculaire cérébral ou AVC : avec atteinte des fonctions locomotrices et impact direct sur la marche.
  • Le pied diabétique : le diabète endommage potentiellement les pieds en attaquant leurs tissus. Ce phénomène peut être associé à une infection. Il s’ensuit une sensibilité diminuée due à une atteinte nerveuse.
  • La Polyarthrite rhumatoïde : elle correspond à un gonflement et à une inflammation douloureuse des articulations du pied (et des mains).
  • Le pied gonflé : cet état est dû à une dilatation du réseau veineux inférieur avec accumulation de sang. La rétention d’eau est observée. Le gonflement qui en résulte est souvent associé à celui de la cheville.
  • L’Épine calcanéenne : elle correspond à une excroissance de nature osseuse qui se développe sur l’os du talon nommé calcanéum. En forme d’épine, elle est due à l’irritation d’une membrane tendineuse.

L’identification de ces pathologies nécessite un avis médical auprès de différents spécialistes tels que les rhumatologues, neurologues, endocrinologues, spécialistes de la médecine physique et de réadaptation, médecins hospitaliers dont les chirurgiens orthopédiques et les neurochirurgiens.

Les chaussures orthopédiques : conseils d’utilisation

Pour qu’elles aient un impact réel sur votre confort de marche, la disparition des douleurs et la réduction de l’éventuelle fatigue qui y est associée, les chaussures orthopédiques doivent être portées le plus longtemps possible dans la journée. Pour l’intérieur, il existe des gammes de chaussons thérapeutiques pour femme qui, associés à vos semelles orthopédiques, peuvent prendre le relais.

Modèle de chaussures orthopédiques

Les modèles de chaussures orthopédiques pour femmes :

Pour toutes les femmes, quel que soit leur age et leurs problèmes de santé, les chaussures orthopédiques ou thérapeutiques sont proposées dans de nombreuses gammes et de multiples modèles qui répondent aux attentes de toutes. Pour les femmes à l’esprit jeune, moderne et dynamique, les professionnels œuvrent pour une féminité préservée.
Les modèles les plus appréciés, disponibles dans une multitude de coloris, en cuir ou en matière synthétique, sont les suivants :

  • Les ballerines : elles sont inspirées directement des chaussons de danse. Elles sont créées dans des matériaux étirables qui épousent au mieux la morphologie. Elles sont agrémentées d’un talon renforcé d’environ 25 millimètres pour une bonne stabilité. La semelle externe est antidérapante pour plus de sécurité. L’ensemble est un incontournable de la garde-robe chic et romantique de la femme d’aujourd’hui et de demain.
  • Les baskets : pour une femme sportive, qui souhaite être à l’aise sur tous terrains y compris en environnement urbain, les baskets proposent à la fois légèreté et confort. Leur semelle est d’une qualité supérieure afin d’assurer un excellent amorti avec une partie externe antidérapante. Leur tige est montante pour une stabilité optimale. Les partenaires privilégiés de la marche rapide !
  • Les bottines : elles sont portées par la femme depuis plus d’un siècle et demi. La tige montante avec lacets s’arrête au-dessus de la cheville. Des bandes extensibles sur les côtés autorisent une parfaite adaptation au membre inférieur. Légères, souples, confortables et sécurisantes en toutes saisons !
  • Les sandales : les premières datent de 3000 av. J.-C… Elles étaient portées par les Égyptiens. Elles étaient alors constituées de papyrus. On les retrouve jusqu’à nos jours sur tous les continents. En France le mouvement hippie des années 70 leur a redonné ses lettres de noblesse. Elles sont depuis cette époque un accessoire indispensable à la tenue de la femme en été. Elles sont constituées de cuir ou de matière synthétique. Sur le dessus, plusieurs larges lanières assurent un bon maintien. L’amorti et la respiration du pied sont parfaits. Pour une femme au look définitivement actuel !

Certaines activités vous semblent interdites ? La santé de vos pieds freine vos élans et vos envies ? Les chaussures orthopédiques peuvent vous rendre votre liberté ! N’hésitez pas à les adopter pour une féminité épanouie et retrouvée !