Panier

Livraison gratuite pour toute commande de 50 €

4,8/5 AVIS CLIENTS ★★★★★

porter un kimono

Porter un kimono et ses accessoires indispensables

Considéré comme le célèbre vêtement traditionnel du Japon, le kimono dans la plupart des cas est confondu à tort avec les vêtements d’entraînement des arts martiaux. Bien avant l’avènement des vêtements occidentaux dans les régions japonaises, le terme « kimono » permettait de désigner tout type de vêtements. Cependant aujourd’hui, ce terme est spécifiquement employé pour désigner la robe traditionnelle japonaise en forme de T.

En effet, la formation du kimono s’effectue à partir des rectangles de tissu plié et cousu qui ne sont en aucun cas recoupés. Il s’agit précisément d’un vêtement offrant de vastes surfaces qui ne tiennent pas compte de l’anatomie de l’homme ou de la femme qui le porte. Cependant, quels sont les accessoires indispensables pour porter un kimono ? La réponse est à découvrir dans le présent article.

L’origine du kimono traditionnel japonais

Bien que plusieurs personnes aient tendance à penser que les kimonos s’apparentent à une sorte de robe japonaise, ses origines sont chinoises. Dans l’histoire, le kimono était considéré comme un sous-vêtement. Ce n’est qu’à partir des années 1392 (plus précisément au début de la période Muromachi) que ce dernier a commencé à être populaire.

En effet, de nombreux habitants du pays du soleil levant ont commencé à porter le kimono sans le pantalon japonais. La grande majorité de ces derniers l’associe surtout à la fameuse ceinture japonaise connue sous le nom d’Obi.

Histoire du Kimono : retour sur un vêtement ancestral

Quels sont les différents types de kimonos ?

Préalablement, il faut noter que le port d’un kimono reste beaucoup plus complexe pour les femmes que pour les hommes. Voici donc les principaux kimonos à ne pas surtout négliger.

Le kimono japonais pour femmes

Il existe plusieurs kimonos japonais pour les jeunes femmes en fonction de leur âge, leur statut social et leur situation amoureuse. Voici donc quelques un :

Yukata

Dans l’histoire, le Yukata est considéré comme un kimono qui était porté dans le bain japonais (Plus précisément les Onsens), comme un peignoir. Ayant été utilisé pendant des siècles comme un kimono d’intérieur, sa coupe ample et sa matière confortable offre un rendu impeccable. Étant considéré comme un kimono d’été, le kimono Yukata est souvent utilisé pendant les estivales

Matsuri

Le kimono Matsuri est porté pour assister à des feux d’artifice de la période estivale. Dans la plupart des cas, c’est un kimono léger qui est régi par des cordes du kimono authentique. Avec sa forme décontractée, il peut être également porté par les hommes. Cependant, un kimono Matsuri reste beaucoup plus sobre et moins voyant que celui des femmes japonaises.

Iromuji

Généralement conçu sans motif et de couleur unie, le kimono Iromuji est considéré comme un habit nippon qui se porte par toutes les femmes, qu’elle soit mariée ou non. Les tons utilisés dans la conception de ce type de kimono restent assez discrets, à l’exception de couleur noir et blanc.

Il peut arriver que vous retrouviez le kimono iromuji bordé avec des armoires de la famille japonaise. Il est considéré comme un kimono qui dispose d’un aspect formel, simple et bien sophistiqué.

Tomesode

Tout comme le précédent, le kimono Tomesode est considéré également comme un kimono formel, mais les motifs peuvent être complexes. En effet, c’est un kimono traditionnel dont le décor est réalisé avec des symboles japonais situés au niveau de la taille. Il est généralement porté par les femmes mariées dans la culture japonaise. De même, le kimono noir Tomesode est spécifiquement dédié aux mères pendant le mariage de leurs enfants.

Irotomesode

Irotomesode est considéré comme un kimono possédant des manches courtes. Il s’agit précisément d’un kimono coloré qui dispose d’un motif au niveau du long de l’ourlet. Dans la plupart des cas, ils sont recommandés aux femmes célibataires.

Furisode

Spécifiquement porté par les jeunes filles et les femmes non mariées, le kimono Furisode dispose d’une particularité énorme : il s’agit de ses manches longues. Les couleurs de ce type de kimono restent vives. Dans les régions japonaises, le port de ce type de kimono est recommandé surtout lorsqu’on célèbre le passage de la jeune femme dans le monde des adultes (Seijin no Hi). Cela constitue un signe énorme pour les jeunes filles.

Kurotomesode

Le kimono Kurotomesode s’apparente exactement à celui d’irotomesode. Cependant, il se diffère de l’autre par un fond noir. En effet, c’est un kimono sombre et formel généralement porté par les femmes qui ne peuvent pas opter pour le kimono furisode.

Homme Et Femme Combattant Et S'entraînant à L'aïkido Sur fond Blanc

Houmongi

Littéralement, Houmongi se traduit de la langue japonaise par le « kimono de visite ». En effet, ce dernier est porté par toutes les générations, quelle que soit leur situation matrimoniale. Il est spécifiquement recommandé de porter ce type de kimono si vous désirez assister à une cérémonie de thé ou à un mariage japonais. Il est facilement reconnaissable à travers les motifs japonais disposés sur les épaules.

Tsukesage

Le Tsukesage est considéré comme un kimono qui se caractérise à travers un design japonais situé au dos de la Manche droite. Il y en a même d’autres designs qui sont localisés précisément sur la Manche gauche et aussi sur l’ourlet.

Komon

Les Komon sont considérés comme des kimonos agréables à porter. Comparativement au yukata, ce sont des kimonos décontractés. La broderie des motifs japonais est réalisée sur le tissu du kimono. Bien avant l’accès aux vêtements occidentaux et à la modernisation, le Komon était considéré comme un vêtement à porter tous les jours au sein de la société japonaise.

Le kimono japonais pour homme

Comparativement aux kimonos féminins, ceux des hommes se portent de manière simple. Dans la plupart des cas, les manches de kimono pour hommes sont beaucoup plus courtes. Aujourd’hui, il existe plusieurs différences entre les kimono homme et femme. Cependant la plupart d’entre elles se situent précisément au niveau du choix du tissu et de ses couleurs.

Traditionnellement, le kimono japonais conçu spécifiquement pour les hommes possède une couleur sombre et discrète. Il peut s’agir par exemple du verre, du bleu foncé, du mat ou encore du marron. Concernant les motifs, ces derniers restent discrets et subtils.

Possédant en général des tissus texturés, un kimono pour homme possède dans la plupart des cas un style décontracté. Vous pouvez rencontrer des kimonos possédant des couleurs beaucoup plus vives comme les tons bleus, le verre ou encore le violet. Parmi les plus célèbres d’entre eux, vous y retrouverez des kimonos Fuchsia.

Par ailleurs, il existe certains hommes qui ont l’habitude de porter un Haori au-dessus de leur kimono pendant les cérémonies de mariage. En général, cette veste est portée par les femmes. C’est un habit idéal qui permet de mixer un style vestimentaire occidental, accompagné du style traditionnel du Japon.

Quels sont les accessoires indispensables pour porter du kimono ?

Bien que le kimono soit considéré comme un vêtement agréable, il est d’une importance capitale d’avoir quelques accessoires indispensables pour que le port de ce vêtement soit parfait. Parmi ces derniers, on y retrouve :

La ceinture Obi

Bien qu’il s’agisse d’une simple corde de chanvre, la ceinture traditionnelle du Japon a vu le jour à partir du 5e siècle sur les statuettes de haniwa. Peu de temps après, elle se transforme en un simple ruban disposant environ 3 cm de large. Sa longueur est estimée à 15 cm à la fin du 16e siècle. C’est bien évidemment ce qui lui a permis de jouer un rôle plus décoratif dans l’habillement traditionnel des Japonais. Pendant cette époque, les plus stylés avaient la possibilité de porter la ceinture obi aussi bien dans le dos que sur le côté.

Dès le 18e siècle, il y a eu une grande période de progression dans la fabrication des ceintures obi. Cette progression a été surtout constatée dans le domaine de tissage et de la teinture. Car de nombreuses créations de motifs ont été mises en lumière de façon extravagante. C’est précisément la période Meiji qui a confirmé la forme finale de la ceinture obi et a rendu son port dans le dos systématique.

La ceinture japonaise obi doit être nouée autour de la taille. Il existe plusieurs manières de réaliser cette œuvre avec un habit japonais. En effet, la ceinture obi est considéré comme une ceinture large et décorative. C’est un véritable accessoire de mode. Pour parfaire impeccablement la tunique japonaise, il est recommandé de faire le choix d’une ceinture obi qui dispose des motifs japonais semblables à ceux de la lanière de sandales en bois (c’est-à-dire Hanao) à porter.

Dame japonaise s'inclinant devant sa maison avec un beau kimono

Koshi-himo

Koshi-himo est considéré comme une sorte de lacets ou de rubans en tissu rugueux. Généralement conçu en coton, en mousseline ou encore en soi, il existe tout de même de nos jours quelques versions synthétiques qui offre une sensation agréable. Ces derniers sont spécifiquement utilisés lorsque vous portez les kimonos tel que le yukata.

Aujourd’hui, vous avez la possibilité d’avoir des Koshi-himo dans plusieurs variantes, plus précisément le rose (le plus classique) et le traditionnel au blanc. Cependant, les Koshi-himo sont dans la plupart des cas utilisés avec les kimonos pour homme. De cette manière, vous allez pouvoir atteindre des combinaisons lumineuses et de couleur fluo, sans oublier également les motifs vifs et colorés dont ils disposent.

Cependant, il existe également certains types de Koshi-himo d’été qui sont tous agréables. En effet, ces derniers sont conçus avec des détails élastiques perforés respirants, accompagnés des fermetures à clé en plastique qui sont semblables aux fermetures des soutiens-gorges de maillot de bain. Cela fait référence généralement aux modèles classiques en tissu à nouer en lin frais.

Étant considérées comme une ceinture fine, ces dernières sont nouées à la taille dans le but de garantir le maintien du kimono en place.

Datejime

Il s’agit précisément d’une ceinture qui est attachée au-dessus du kimono. Cependant, sa mise en place doit être réalisée sous l’obi. Son rôle principal est de permettre à l’obi de maintenir sa belle forme. En d’autres termes, le Datejime est une ceinture de sécurité permettant d’aplatir et de maintenir en place le kimono lorsque ce dernier est noué. Il existe une variété de tissus utilisés pour la conception de cette merveille japonaise. Parmi ces derniers, vous allez y retrouver la soie, le lin et aussi l’élastique.

Chaussures Geta

Les chaussures japonaises Geta existent en plusieurs variétés. Elles disposent de plusieurs appellations dérivées. Dans la plupart des cas, ces dernières sont composées d’un corps et d’une lanière. Elles peuvent bel et bien avoir des dents (ces derniers varient en fonction du nombre et de la hauteur). Cependant, les plus connues sont celles conçues en bois qui possède deux ha. En général, les chaussures geta se caractérisent par leur bruit sur le sol.

Il s’agit précisément des chaussures japonaises traditionnelles. Spécifiquement conçus en bois, ces derniers possèdent des dents sous la semelle. Très réputée, ces accessoires constituent de véritables incontournables dans le port de kimono.

Sandales Zori

Tout comme les chaussures précédentes, les sandales zori sont réalisés en bois. Cependant, ces dernières disposent d’une lanière au motif parfois coloré. À la différence des Geta, les sandales Zori disposent d’une semelle plate. Dans la plupart des cas, elle ressemble un tout petit peu à des sandales modernes de l’Occident.

Dans la tradition, la semelle supérieure des chaussures zori doit être réalisée avec de la paille de riz. Les bruns sont disposés de manière transversale. Elles sont ensuite attachées par des fils sur la longueur de la semelle. Il s’agit précisément d’une technique qui est comparable à celle généralement employée pour concevoir les tatamis. Les lanières utilisées pour la fabrication de ses chaussures sont le plus souvent en velours. En général, la semelle inférieure reste en cuir. Cependant, il est possible de trouver aujourd’hui des chaussures zori possédant des semelles inférieures en caoutchouc ou en plastique.

Nagajuban

Cet accessoire est considéré comme un type de sous-vêtements qui est porté, accompagné d’un kimono. En effet, son utilisation est requise dans le but de ne pas salir les beaux matériaux du kimono. Il s’agit précisément d’un sous-vêtement qui ressemble généralement à une longue robe blanche légère.

Nagajuban reste une simple robe de coton ou de soie synthétique qui se positionne précisément sous le kimono. En effet, il s’agit précisément d’un sous-vêtement qui est utilisé pour réduire au maximum les problèmes de nettoyage de kimono. Étant donné que le nettoyage d’un kimono reste une tache coûteuse et très complexe, le Nagajuban est donc recommandé pour séparer le kimono de votre corps. De cette manière, cet accessoire pourra absorber toutes les salissures dégageant du corps. Ce qui vous permettra de maintenir au maximum votre kimono propre.

Tabi

Au préalable, les tabis sont considérés comme des chaussettes traditionnelles japonaises. Elles peuvent monter jusqu’à la cheville, ou soit à mi-mollet. Ces derniers séparent les autres orteils du gros. En général, les tabis sont utilisés pour le port des chaussures geta ou zori. À la différence des chaussettes à l’européenne, ils ne sont pas conçus en élastique. Cependant ces derniers sont faits de coton, accompagné d’une semelle épaisse (également constitué de coton).

En effet, les tabis sont enfilés par l’arrière et sont fermés grâce à un système d’attache métallique spécifiquement conçu à cet effet. L’importance d’avoir cette grosse semelle réside dans le fait que le porteur doit se déchausser avant d’entrer dans les maisons japonaises. Ainsi, les tabis sont donc utilisés comme des pantoufles et en tant que chaussures d’intérieur.

Aujourd’hui, vous allez y retrouver des tabis stretch en tissu qui ne dispose pas de fermeture arrière. Il en existe même des tabi stocks spécifiquement conçus comme des chaussettes occidentales dont le gros orteil est bien séparé. Généralement de couleur blanche, les tabis sont dans la plupart des cas portés pour des occasions formelles. Cependant, il peut arriver que certains hommes portent des tabis de couleur noire. De même, vous pouvez retrouver des femmes portant des tabis de couleur variée ou à motif.

En général, les tabis sont portés, accompagnés des kyahan (c’est-à-dire des jambières traditionnelle). Étant donné qu’au 16e siècle, le coton importé devient très cher, il n’y a que les riches qui pouvaient porter des tabis en coton. De ce fait, de nombreuses personnes se sont tournées vers les tabis en cuir noir ou de couleur mastic. Ces derniers sont spécifiquement conçus pour les kimonos dans plusieurs écoles de ninjutsu. Aujourd’hui, il existe des « tabi pour la terre ». Ceux-ci sont généralement connus sous le nom de jika-tabi.

D’existence plus récente, les jika-tabi sont considérés comme des chaussures de même forme. Ces derniers sont faits de fibres de coton beaucoup plus épaisses qui sont dotées d’une semelle en caoutchouc. Ce qui permet d’avoir des chaussures beaucoup plus résistantes. En effet, ce type de tabi est généralement portée par les ouvriers de la construction, les tireurs de pousse-pousse et aussi les jardiniers. Auparavant, c’était également l’unique chaussure portée par les pompiers charpentier.

maitre d'aïkido faisant une pose d'aïkido avec une jambe sur le côté et les mains devant lui

Les tabis sont considérés comme des chaussettes qui disposent des orteils séparés. Ils garantissent un décor sublime des coiffures de maiko (il s’agit précisément des apprenties geisha). En effet, cet accessoire japonais reste obligatoire pour porter correctement un kimono femme.

Porter un kimono, une histoire de goût

En somme, le kimono est un vêtement qui date depuis des siècles. Comme tout autre type d’habillement, le port de ce dernier nécessite d’avoir quelques accessoires indispensables.

Quel accessoire pour kimono possédez-vous ? A quelle occasion est-ce que vous les portez ? Dîtes-le nous en commentaire ci-dessous.